Accueil

Nouveaux produits

Meilleures ventes

  • A voyeur, voyeur et demi
    A voyeur, voyeur et demi

    Hélène, auteure de récits érotiques, vit dans un immeuble aux cloisons...

    0,00 €
  • La première colonie
    La première colonie

    Une expédition terrienne découvre une planète sur laquelle se situent...

    0,99 €
  • Nouvelles
    Nouvelles

    Succubes… Stryges… vampires… goules… vouivres… créatures de la nuit…...

    0,00 €
  • Jour d'intempéries
    Jour d'intempéries

    Un jour d’intempéries et la vie de Manon bascule. Simple coïncidence ou...

    0,00 €
  • Kidnapping
    Kidnapping

    Les bois du Grand Veneur passent pour un lieu hanté, entouré de sombres...

    0,00 €
  • Miss Fairchild
    Miss Fairchild

    Les parents d’Emma ayant disparu dans de tragiques événements, la jeune...

    0,00 €
  • Double face de l'horreur
    Double face de l'horreur

    Deux histoires, deux faces de l’horreur, faites votre choix, au péril de...

    0,00 €
  • Un seul jour
    Un seul jour

    Quatorze février, la Saint-Valentin. L'amour éternel, les cadeaux, les...

    0,00 €
Nouveau Résistances Agrandir l'image

Résistances

Nouveau

Huit nouvelles de Bernard Henninger, qui tentent de défricher le chemin des possibles — la Voie —, que vous seul pouvez suivre.

Plus de détails

4,99 €

Fiche technique

Support Numérique
Collection : Imaginarium
ISBN : 9782368926031
Publication : 02/06/2018
Illustration : Vael Cat

En savoir plus

Aussi loin que remontaient ses souvenirs, Marie avait été mauvaise en calcul. La catastrophe remontait au jour où l’instituteur, s’appliquant sur les pleins et les déliés, avait tracé au tableau noir un ovale penché vers la droite, comme une lettre sans boucle, et qu’il avait demandé si quelqu’un savait ce que c’était :
— C’est un chiffre, avait-il précisé.
— Mais on les a tous faits ! s’était insurgée Marie.
L’instituteur montra ses mains grandes ouvertes, puis, repliant ses doigts un à un, compta à rebours de neuf jusqu’à un. À la fin, il leur montra ses poings fermés :
— Quand il n’y a plus rien, ça s’appelle un zéro...
« Dès lors que l’individu dont on veut courber l’échine se relève, choisit de ne pas accepter le destin qu’on lui trace, mais d’opposer aux certitudes et aux injonctions un perpétuel et salutaire questionnement... » Christian Léourier