Accueil

Nouveaux produits

Meilleures ventes

  • A voyeur, voyeur et demi
    A voyeur, voyeur et demi

    Hélène, auteure de récits érotiques, vit dans un immeuble aux cloisons...

    0,00 €
  • La première colonie
    La première colonie

    Une expédition terrienne découvre une planète sur laquelle se situent...

    0,99 €
  • Nouvelles
    Nouvelles

    Succubes… Stryges… vampires… goules… vouivres… créatures de la nuit…...

    0,00 €
  • Jour d'intempéries
    Jour d'intempéries

    Un jour d’intempéries et la vie de Manon bascule. Simple coïncidence ou...

    0,00 €
  • Kidnapping
    Kidnapping

    Les bois du Grand Veneur passent pour un lieu hanté, entouré de sombres...

    0,00 €
  • Miss Fairchild
    Miss Fairchild

    Les parents d’Emma ayant disparu dans de tragiques événements, la jeune...

    0,00 €
  • Double face de l'horreur
    Double face de l'horreur

    Deux histoires, deux faces de l’horreur, faites votre choix, au péril de...

    0,00 €
  • Un seul jour
    Un seul jour

    Quatorze février, la Saint-Valentin. L'amour éternel, les cadeaux, les...

    0,00 €
Les Trappeurs de l'Arkansas Agrandir l'image

Les Trappeurs de l'Arkansas

Nouveau

Le grand voyageur que fut Gustave Aimard a laissé d’innombrables romans d’aventures, dont l’action se situe dans les deux Amériques, où il erra de longues années en changeant de costume et de métier chaque fois qu’il passait d’une contrée à l’autre.

Plus de détails

2,99 €

Fiche technique

Support Numérique
Collection : e-Western
ISBN : 9782368925652
Publication : 28/02/2018
Illustration : Vael Cat

En savoir plus

Par son intrigue mystérieuse, ses péripéties haletantes, ses poursuites et ses combats acharnés, Les Trappeurs de l’Arkansas fait revivre un des épisodes de la lutte des chasseurs blancs et des Peaux-Rouges, ligués contre les pirates qui infestaient ce vaste pays.
« Sur ces terres à la végétation si riche, errent en troupes innombrables les chevaux sauvages, les buffles, les élans, les longues cornes, et ces milliers d’animaux que la civilisation des autres parties de l’Amérique refoule de jour en jour, et qui retrouvent dans ces parages leur primitive liberté. »