Fanny Rieubon

J’ai toujours voulu écrire ou presque : depuis l’âge de onze ans, lorsque j’ai eu une sorte de « révélation » : au cours de crises d’insomnie dues à des cauchemars fréquents, je me réfugiais dans mes carnets de notes pour chasser mes monstres imaginaires. Quand les cauchemars me réveillaient chaque nuit, pour chasser mes peurs d’enfant, mon cahi...

J’ai toujours voulu écrire ou presque : depuis l’âge de onze ans, lorsque j’ai eu une sorte de « révélation » : au cours de crises d’insomnie dues à des cauchemars fréquents, je me réfugiais dans mes carnets de notes pour chasser mes monstres imaginaires. Quand les cauchemars me réveillaient chaque nuit, pour chasser mes peurs d’enfant, mon cahier et mon stylo étaient alors le seul recours contre la meute de démons qu’ils arrivaient à maintenir à distance, comme un bouclier magique.

Magique… Aux temps reculés des Celtes, l’écriture l’était déjà. Sacrée… Les signes oghamiques n’étaient gravés dans la pierre que rarement, avec prudence et superstition. La transmission du savoir était orale, et l’écriture réservée aux plus hautes sphères druidiques, au cours d’incantations prononcées par les seuls initiés.

Ce temps-là s’est perdu dans l’oubli ou presque, mais à mes yeux, l’écriture garde son caractère sacré et recèle un potentiel de merveilleux infini.

Détails

Fanny Rieubon Il n'y a aucun produit dans cette catégorie.